Rendre l'eau à sa nature

Le potentiel énergétique des eaux usées

Accueil » La valorisation des énergie fatale » Le potentiel énergétique des eaux usées

Le potentiel énergétique des eaux usées

Alors que le coût de l'énergie ne cesse de croître, que les énergies renouvelables n’arriveront sans doute pas à répondre à tous les besoins, des nouvelles solutions, appelées «énergies fatales», apparaissent pour valoriser l’énergie perdue.

Pour ne plus perdre d’énergie

La seule ville de Valenciennes représente 170 000 m2 de bâtiments couverts dont la  facture énergétique s’élève aujourd’hui à 1,2 millions d’euros et s’élèvera à 4,4 millions d’euros dans 5 ans. C’est pour éviter ce phénomène inflationniste et sa répercussion sur les impôts du citoyen que le SIAV s’est intéressé aux techniques de récupération des énergies fatales, déjà employées ailleurs en Europe, notamment en Suisse ou en Allemagne. 


À Valenciennes, l’efficacité de cette technique a été testée et validée lors des travaux de rénovation de l’hôtel de ville, véritable symbole de renouveau qui ont abouti en moins d’un an, en novembre 2010. 
En utilisant les énergies fatales pour chauffer cette immense passoire thermique de 8500 m2, le SIAV a permis une économie de 100 000 euros brute par an à la ville, les chaudières ne s’étant plus remises en marche depuis. 

L’investissement de départ, qui s’élève aux alentours de 800 000 euros et dont l’amortissement est prévu à 5 ans, s’avère au final largement plus rentable que les 5,5 millions d’euros  qu’il aurait été nécessaire d’investir pour envisager l’isolation du bâtiment et atteindre les mêmes résultats. Cette expérience a démontré qu’il est désormais possible de récupérer les énergies fatales pour assurer le fonctionnement d’un bâtiment public et ainsi éviter des coûts d’isolation très forts.